Séminaire-Atelier d’évaluation sur le LMD : les étudiants satisfaits, mais prudents.

Le séminaire-Atelier d’évaluation du Système LMD Licence Master Doctorat s’est déroulé du 13 au 16 septembre 2016 dans la ville carrefour de Bohicon. Organisé par le ministre de l’Enseignement supérieur il a rassemblé tous les grands acteurs du monde universitaire.

Introduit dans l’enseignement supérieur en 2010 au Bénin, le système LMD (Licence-Master-Doctorat) a fait l’objet d’analyse minutieuse à la faveur d’un séminaire-atelier d’évaluation les 13, 14, 15 et 16 septembre 2016. Ce séminaire longtemps réclamé par les associations estudiantines leur a permis ainsi qu’aux enseignants et autres cades du supérieur de relever les forces et faiblesse de ce système. Il a surtout permis aux étudiants de comprendre véritablement le système LMD.

‘’Au cours de ce séminaire, nous avons compris beaucoup de choses par rapport à l’application du système LMD et nous pouvons dire qu’on a fait le constat de ce qu’on appliquait dans nos universités. Ce qu’on faisait subir aux étudiants n’était pas du système LMD. C’était un système qui ne disait pas son nom’’ a-laissé entendre Nicolas Zinsou, président de l’UNEB.

Ce séminaire-atelier d’évaluation a été aussi le creuset qui a vu naître plusieurs propositions faites sur le système LMD à l’endroit de l’exécutif pour une mise en application efficiente de ce système. Des propositions qui permettront de résoudre aussi les crises qui paralysent l’Université d’Abomey-Calavi. Si en général ce séminaire-atelier d’évaluation est approuvé par les responsables étudiants, cette rencontre n’a pas tout à fait été une lune de miel entre les différents participants. Certaines propositions notamment celles relatives aux conditions d’inscription dans les Universités publiques du Bénin n’ont pas fait l’unanimité. En effet il a été proposé au cours de ce séminaire la suppression de la gratuité de l’enseignement supérieur.

Les regards sont désormais tournés vers le rapport final attendu pour une idée plus globale des changements à enregistrer dans l’enseignement supérieur.

Fréjus SEHLOUAN

Laissez un commentaire