Saïd Bouteflika devant les juges : un procès emblématique sous haute surveillance en Algérie

Saïd Bouteflika devant les juges : un procès emblématique sous haute surveillance en Algérie

Deux ex-chefs du renseignement, une personnalité politique et le frère du président déchu: un procès emblématique s’est ouvert lundi à Blida, en Algérie, après une vague d’arrestations lancée dans le sillage de la démission d’Abdelaziz Bouteflika sous la pression de la rue.

Encore homme fort du régime en début d’année, Saïd Bouteflika, mais aussi Mohamed Mediene dit « Toufik », longtemps directeur des puissants services secrets algériens, son successeur Athmane Tartag et la cheffe du Parti des travailleurs (PT) Louisa Hanoune se sont présentés devant la Cour, selon des médias locaux.

Les chefs d’inculpation sont lourds: « atteinte à l’autorité de l’armée » et « complot contre l’autorité de l’Etat », crimes pour lesquels ils encourent de très fortes peines, selon le code de justice militaire et le code pénal.
Seuls les avocats et les familles des accusés ont eu le droit d’assister à l’audience et un important dispositif policier a été déployé autour du tribunal militaire de Blida (50 km au sud d’Alger), d’après un photographe de l’AFP.

Le procès qualifié de « sans précédent dans l’histoire de la justice algérienne » par la télévision publique s’est ouvert à 11H00 (10H00 GMT). L’audience doit se poursuivre mardi, a annoncé la télévision, sans donner de détails.

L’envoyée spéciale de la télévision a affirmé que l’avocat de Mohamed Mediene avait demandé un ajournement. L’ancien chef du renseignement algérien est, selon sa famille et ses avocats, malade et son état de santé se serait dégradé.

Avec AFP

Laissez un commentaire