Nigéria : les gouverneurs rejettent l’accord de 72 euros de salaire minimum

Nigéria : les gouverneurs rejettent l’accord de 72 euros de salaire minimum

Les gouverneurs du Nigeria ont rejeté un accord visant à porter le salaire minimum de 18.000 nairas (30 euros) par mois à 30.000 nairas (72 euros), ce qui pourrait déclencher de nouvelles grèves dans le géant ouest-africain.

Les syndicats avaient annulé à la dernière minute une grande grève nationale début novembre, affirmant avoir trouvé un accord avec des représentants du gouvernement et du secteur privé pour augmenter de manière considérable le salaire minimum.

Une commission avait rendu son rapport au président Muhammadu Buhari, en campagne pour sa réélection en février prochain, qui avait garanti que son gouvernement étudierait cette proposition « aussi rapidement que possible ».

Mais les 36 gouverneurs de cet État fédéral, qui ont à de nombreuses reprises signifié leur refus de cet accord et se sont rencontrés dans ce sens, ont rejeté officiellement mercredi soir cette proposition.

Ils ont décrit la hausse de salaire à 30.000 nairas comme « impraticable à moins que les travailleurs ne consentent à une réduire le nombre de salariés à travers tout le pays ou que le gouvernement fédéral lui-même ne révise ses attributions de budget aux États ».

Le gouverneur Abdulaziz Yari de l’État de Zamfara, dans le nord du pays, qui s’est exprimé au nom de ses collègues, a déclaré aux journalistes que la plupart des États avaient du mal à payer le salaire minimum actuel en dépit d’un énorme plan de sauvetage financier du gouvernement fédéral.

Des milliers de fonctionnaires nigérians cumulent des arriérés de salaire, « non pas parce qu’on ne veut pas les payer, mais parce qu’on ne peut pas », a affirmé M. Yari.

« Et maintenant, vous nous dites qu’il faut les payer 30.000 nairas? Nous allons faire faillite. »

Le Nigéria est le premier producteur de pétrole d’Afrique, exportant environ deux millions de barils par jour, mais la plupart de ses plus de 180 millions d’habitants vivent dans l’immense pauvreté en raison de la mauvaise gestion et de la corruption.

Il y a quelques mois, un député avait fait scandale en dévoilant le salaire des sénateurs: 14,25 millions de nairas par mois (35.000 euros) avec les primes, l’un des salaires les plus élevés au monde pour la classe politique.

 

Avec  AFP

Laissez un commentaire