Nigéria/ Boko Haram : l’opposition demande des comptes après la mort de dizaines de soldats

Nigéria/ Boko Haram : l’opposition demande des comptes après la mort de dizaines de soldats

En pleine campagne électorale, l’opposition nigériane est montée au créneau pour demander des comptes au gouvernement face à une montée en puissance des attaques menées par le groupe jihadiste Boko Haram qui ont de nouveau fait des dizaines de morts dans les rangs de l’armée.

L’armée nigériane qui paye déjà un lourd tribut dans son combat contre Boko Haram, a encore subi de lourdes pertes ce week-end avec la mort de 44 soldats au cours d’une attaque du groupe jihadiste dans leur base de Metele, un village frontalier du Niger, selon des sources sécuritaires.

Mais le bilan des victimes pourrait être bien plus élevé, selon des informations non confirmées officiellement.

Depuis juillet, l’AFP a recensé au moins 17 attaques contre des bases militaires, quasiment toutes situées dans la région du pourtour du lac Tchad, une zone contrôlée par la faction du groupe de l’État Islamique en Afrique de l’Ouest (ISWAP).

Le président nigérian Muhammadu Buhari, qui avait promis lors de la présidentielle de 2015 d’éradiquer le groupe jihadiste, a assuré quelques mois après son arrivée au pouvoir que Boko Haram était « techniquement vaincu ». Son bilan sécuritaire est aujourd’hui très critiqué et les soldats déployés dans le Nord-Est se sont plaints à plusieurs reprises de manquer d’armes et de vivres.

Les attaques, les attentats-suicides n’ont jamais cessé dans cette région et désormais la faction soutenue par le groupe Etat Islamique, ISWAP, multiplie les raids contre les bases militaires, faisant des dizaines de victimes et pillant les armes et le matériel.

Près de quatre ans après les déclarations de M. Buhari sur la neutralisation présumée de Boko Haram, et alors même que le chef de l’État est candidat à sa propre succession pour la présidentielle de février 2019, le conflit s’invite à nouveau dans la campagne.

« Il est temps d’avouer que Boko Haram n’est pas techniquement vaincu », a lancé Peter Ayodele Fayose, ancien gouverneur et leader éminent du Parti Populaire Démocratique (PDP, opposition).

Le candidat de l’opposition à la présidentielle, Atiku Abubakar, a dénoncé vendredi dans un communiqué le manque de moyens mis à la disposition de l’armée.

« L’augmentation des attaques terroristes et criminelles contre nos troupes (…) est un signe clair que notre armée n’a pas assez de moyens financiers et n’est pas assez équipée », écrit M. Abubakar, originaire de l’Etat d’Adamawa (nord-est), une région touchée par le conflit.

 

Avec  AFP

Laissez un commentaire