France présidentielle : Une fin de campagne sous la menace terroriste

La campagne pour l’élection présidentielle s’achève ce vendredi, sous la menace terroriste, au lendemain de l’attentat qui a coûté la vie à un policier à Paris, Bernard Cazeneuve affirmant que « rien ne doit entraver ce moment démocratique fondamental pour notre pays ».

« Rien ne doit entraver ce moment démocratique fondamental pour notre pays », a déclaré le Premier ministre sur le perron de l’Elysée, à l’issue d’un Conseil de défense réuni autour de François Hollande. M. Cazeneuve en a appelé « à l’esprit de responsabilité et à la dignité de chacun » et a exhorté à ne pas « céder à la division et encore moins à l’outrance ».

Plusieurs candidats -Marine Le Pen, François Fillon et Emmanuel Macron- ont annulé leurs derniers déplacements, mais ont saisi l’occasion pour défendre leur projet sur le thème de la sécurité et de la lutte contre le terrorisme.

La présidente du Front national a ouvert les hostilités dans une déclaration à la presse depuis son QG de campagne parisien. « Depuis dix ans, sous les gouvernements de droite et de gauche, tout a été fait pour que nous perdions » la « guerre qui nous est menée », a-t-elle dénoncé, avant de demander « solennellement » au chef de l’Etat « d’ordonner la restauration effective de nos frontières » et « le traitement administratif ou pénal immédiat des fichés S ».

La campagne officielle s’achève ce vendredi à minuit, les médias n’ayant plus le droit de publier ou de diffuser sondages ni déclarations des candidats jusqu’à dimanche 20H00, lorsque les premiers résultats seront annoncés.

Avec  AFP

Laissez un commentaire