Algérie : la révision de la constitution ne fait pas consensus

Algérie : la révision de la constitution ne fait pas consensus

Lors de son investiture, le président algérien Abdelmadjid Tebboune s’était engagé à réviser la Constitution, retaillée sur mesure pour son prédécesseur Abdelaziz Bouteflika, mais il peine aujourd’hui à convaincre opposition et juristes.

M. Tebboune vient de faire distribuer l’avant-projet de sa réforme aux partis politiques, aux syndicats et aux représentants de la société civile, pour consultations.

u lendemain de son élection le 12 décembre 2019, il avait tendu la main au « Hirak » –le mouvement de protestation populaire qui exige un changement du « système » en place depuis l’indépendance en 1962– et promis une révision « profonde » de la Constitution, avec une « nouvelle République ».

M. Tebboune a ainsi désigné, en janvier, une commission d’experts chargée de formuler des propositions pour réviser la Loi fondamentale, dont l’adoption sera soumise à un référendum.

Cette commission a remis ses travaux fin mars mais la première mouture des propositions n’a été rendue publique que le 7 mai en raison de l’épidémie de nouveau coronavirus.

Le document comporte 73 recommandations réparties en six grands axes, dont « le renforcement de la séparation des pouvoirs », qui concerne les prérogatives du président, du chef du gouvernement et du Parlement, mais aussi le pouvoir judiciaire et la lutte contre la corruption.

Avec AFP

Laissez un commentaire