4e conférence internationale sur le manioc : la transformation du manioc en Afrique au cœur des échanges

La conférence scientifique du partenariat mondial sur le manioc pour le 21e siècle se tient à Cotonou du 11 au 15 juin 2018 sous le thème : «Transformation du manioc en Afrique».

Elle vise à sensibiliser la population sur l’importance du manioc dans le monde, à examiner les progrès scientifiques récents, à identifier et définir les priorités pour de nouvelles opportunités et défis et à trouver un support pour la Recherche et le Développement insuffisant ou manquant. Elle entend également faciliter le processus de rapprochement entre le monde scientifique, les décideurs, les partenaires au développement, le secteur privé et les agriculteurs.

La ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, Marie-Odile ATTANASSO, dans son mot à l’assistance à l’ouverture des travaux, a souligné que le manioc offre beaucoup d’opportunités pour le développement de l’Afrique à travers la multitude transformations qu’il subit.

Pour sa part, son homologue de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche Gaston Cossi DOSSOUHOUI, a informé que le manioc est le premier produit vivrier africain au sud du Sahara et nourrit chaque jour environ 350 millions de personnes. «Le manioc est le produit vivrier le moins cher dont peuvent se procurer toutes les couches de la population pour satisfaire leur besoin énergétique. Il est la matière première constituant ou entrant dans la préparation de plusieurs douzaines de plats africains et fait donc partie intégrante de la cuisine africaine. Le manioc est la seule plante vivrière compatible avec le réchauffement climatique. Il peut pousser à plus de 40°C et peut survivre à 4 mois de sècheresse. Il répond mieux au CO2 que la plupart des plantes cultivées et peut donc rassurer de nourrir l’Afrique dans les décennies à venir», a-t-il ajouté. Il a ensuite souligné que le Programme d’Actions du Gouvernement du Président Patrice Talon l’a érigé en filière prioritaire à promouvoir dans le cadre du développement de plusieurs régions du Bénin.

 

Avec DIRCOM/PR-MAEP

Laissez un commentaire