1er déjeuner scientifique du réseau des femmes scientifiques WAFIRA Bénin.

Après trois jours de réflexion au sujet de la femme dans le domaine scientifique, et l’impact qu’elle peut avoir sur la communauté, le réseau des femmes scientifiques WAFIRA Bénin a organisé ce week-end un déjeuner à l’institut biomédical appliqué de Cotonou.

A l’occasion de la première édition, l’ambassade des États Unis près le Bénin et le ministre de l’enseignement supérieur sont revenus sur l’importance d’encourager les jeunes filles à entreprendre les études scientifiques et technologiques. Prenant le cas de l’université d’Abomey-Calavi, l’ambassadeur des États Unis près le Bénin, Lucy Tamlyn, a montré que les femmes ne représentent que 11,04% dans le corps des enseignants chercheurs. Une situation qui découle principalement de mentalité et de stéréotype qui empêchent les filles d’entreprendre des études scientifiques et technologiques. En conséquence, les femmes sont sous représentées sur le terrain de la recherche scientifique qui reste largement dominé par les hommes. Le ministre de l’enseignement supérieur, Marie-Odile Attanasso,  a exhorté les femmes chercheurs des différentes universités  du Bénin à travailler ensemble afin qu’elles puissent former des groupes scientifiques compétitifs au sein desquels la promotion de l’idéale scientifique se fait au détriment des divergences. Le ministre les invite par ailleurs à contribuer au développement du Bénin avec les résultats de leurs travaux de recherche et aussi à travers la communication de la science à leurs aînés, aux plus jeunes et à la population à la base.

Antoinette SAGBO

Laissez un commentaire